Valorisation des archives de la mine

Préserver la mémoire

Préserver la mémoire afin de valoriser le patrimoine minier. Tel à été l’un des premiers objectifs du projet Valorisation des archives

Photographie extraite de l'Atlas colonial illustré (p. 257)

Photographie extraite de l’Atlas colonial illustré (p. 257)

Ces archives n’apportent pas seulement des informations sur l’histoire aurifère de Guyane, mais apportent également des indices aux professionnels, des traces d’une activité passée sur d’anciens placers.

C’est plus de 2 142 documents qui ont été recensés : littérature grise, archives d’entreprises, archives d’administrations et assimilées, plans, photographies, dessins, textes manuscrits, ouvrages, cartes postales, actions, bons, titres…

Consulter l’intégralité des archives numérisées dans le cadre du projet Valorisation des archives, ici.

 Il reste encore un important vivier d’archives à exploiter et de nombreux autres contacts à établir ou à poursuivre,…

Vous souhaitez participer ? Vous possédez des archives sur la mine ?

Vous pouvez permettre leur recensement et leur numérisation pour participer à la conservation et à la valorisation de l’ensemble des éléments du passé de cette activité, encore en grande partie méconnue du public comme des historiens, afin que ce patrimoine minier puisse intégrer l’histoire guyanaise. 

Appel des mineurs

Photographie de Georges Evrard, 1905

Tout élément (archives personnelles, photographies, courriers, journaux, rapports, plans, etc..), même d’apparence insignifiante, se trouve bienvenu, trouve sa place et vient enrichir la mémoire collective locale. Cette démarche est également ouverte à toute personne qui souhaiterait faire partager sa documentation ou ses archives (familles, collectionneurs, anciens exploitants, etc..) afin d’éviter que sombre définitivement dans l’oubli tout un pan de l’histoire humaine et économique locale.

Contacts :
anne [dot] pajard [at] martinique [dot] univ-ag [dot] fr
orkide [dot] guyane [at] gmail [dot] com
 
 
 Extrait des archives minières numérisées
 
 Toutes les archives numérisées sont consultables sur le site de la Bibliothèque numérique Manioc

 Le projet VALORISATION DES ARCHIVES MINIERES, a consisté à recenser, évaluer et numériser des documents d’archives historiques de la filière minière aurifère d’avant 1946. Il s’agit d’enclencher un processus de valorisation du patrimoine minier en rendant accessible des documents d’archives tels que : d’anciennes cartes, d’anciens travaux de prospection et d’exploitation (privés et publics), des images d’époques, des bons d’actions, des extraits de périodiques et de quotidiens, …

La campagne de recensement et de collecte a été lancé en mars 2013 auprès d’organismes publics et privés et de collectionneurs privés. Elle visait les archives historiques minières de la Guyane datées d’avant 1946 en priorité. S’agissant des archives historiques des entreprises minières telles que les bons, actions et titres, la date limite a été prolongée à 1960.

De manière pratique, étaient attendu de ce travail :
• l’identification et l’évaluation des fonds d’archives des organismes et établissements publics, des sociétés minières et des particuliers/collectionneurs privés,
• parmi ces fonds, le recensement, dans une base de données informatique mise en place par le Service Commun de Documentation de l’UAG , des documents concernés par les limites de dates énoncées précédemment.
En outre, le recensement ayant pour suite immédiate la numérisation des documents, l’apport de recommandations et conseils pratiques afin de préparer au mieux cette seconde étape constituait également l’une des attentes particulières ce travail.
Très rapidement, la mise en place de cette phase de recensement a permis d’appréhender les difficultés que poseraient l’importante quantité de documents d’archives concernés par les dates définies, et surtout les conditions de conservation de certains fonds d’archives.
En concertation avec les membres du groupe de travail du projet VALO, une méthodologie adaptée à ces contraintes a été proposée et validée afin de répondre au mieux aux attentes de cette étude dans les délais impartis. Par ailleurs, certains cas particuliers, liés à l’histoire, à la nature et au statut parfois bien spécifiques des archives minières ont nécessité d’ajuster et compléter le protocole de travail et ce, en accord avec les membres du projet.

Sauvegarder et conserver « numériquement » des données historiques qui sinon se perdraient par détérioration ; faciliter l’accès aux données via une accessibilité en ligne (accessibilité par tous, en tous lieux, 24h/24), faciliter les recherches par mots clés ou par zones géographiques, … sont les objectifs premiers de ce projet.

 Ce projet a été mené en collaboration avec le Service Commun de la Documentation de l’Université des Antilles et de la Guyane (UAG/Bibliothèque numérique de l’Université : MANIOC – spécialisée sur la Caraïbe, l’Amazonie, le Plateau des Guyanes et les régions ou centres d’intérêt liés à ces territoires). ), la Direction des Affaires Culturelles (DAC), le Service Langue et patrimoine de la Région Guyane, la Délégation interministérielle à l’Aménagement du Territoire et à l’Attractivité Régionale (DATAR).

  Ont contribué à la réalisation de ce projet, les collectionneurs privés (Le Bouquiniste, le Planeur bleu), les particuliers, les sociétés d’exploitation minière (Société Minière de Saint-Elie, société Auplata)

Les organismes et établissements publics :

– La Direction(DRIRE)

– La Direction de l’Environnement de l’Aménagement, et du Logement(DEAL)

-Le Bureau de Recherches Géologiques et Minières

– Les archives communales de Saint-Laurent du Maroni

– Le Musée des Cultures Guyanaises

– La Bibliothèque départementale et musée départemental Alexandre Franconie

– L’Ecomusée municipal de l’Approuague-Kaw