APRÈS LA MINE ?… UNE SUITE EN 7 POINTS

L’étude sur le devenir post-exploitation des sites miniers aurifères de Guyane a été lancée en 2013 afin d’envisager d’autres alternatives (que celles prévues par le Code minier et le Code de l’environnement) en matière de réhabilitation de sites miniers.

7 scénarios pour une seconde vie de la mine

7 scénarios pour une seconde vie de la mine

Il a s’agit :

  • d’étudier les différentes solutions possibles en matière de réhabilitation de sites miniers, afin d‘offrir aux opérateurs un choix de procédés en fonction du devenir du site, en cohérence avec la stratégie nationale de réhabilitation de sites dégradés ;
  • de faire un état des lieux, le plus complet possible, des pratiques actuelles en Guyane et dans les pays voisins (Brésil, Surinam, Guyana, voir autre pays Amérique Latine ou Afrique selon bibliographie), en matière de réhabilitation et de re-végétalisation de sites ;
  • d’étudier la compatibilité juridique et la faisabilité économique des alternatives proposées ;
  • de réaliser un diagnostic permettant d’aboutir à un plan d‘actions et à des propositions d’alternatives.

L’étude intitulée : l’après-mine en Guyane : opportunités de reconversion économique des sites miniers aurifères, a été menée par le cabinet GéoPlusEnvironnement

De ces travaux ont été retenus sept scénarios :

  1. Agriculture et élevage

Objectif : reconvertir un site minier en terrain agricole permettant le développement d’une culture vivrière traditionnelle, d’un petit élevage, ou d’une production fruitière et légumière.

  1. Aquaculture

Objectif : reconvertir un site minier en ferme aquacole permettant le développement d’une production de poissons ou de crevettes d’eau douce.

  1. Eco-tourisme

Objectif : reconvertir un site minier en site « éco-touristique » en proposant des activités de loisirs autour de la mise en valeur du patrimoine (naturel, minier, culturel,…) et de l’hébergement de type éco-lodge.

  1. Base de recherche

Objectif : reconvertir un site minier en base de recherche scientifique à vocation écologique (création de nouveaux milieux et suivi des populations), sanitaire (comportement du mercure, techniques de dépollution,…), agronomique (plantations test pour le développement d’une nouvelle filière agricole,…), énergétique (plantations test sur des cultures énergétiques,…) pharmaceutique, cosmétologique,…

  1. Centre d’apprentissage et de formation

Objectif : reconvertir un site minier en centre d’apprentissage et de formation des métiers pratiqués dans un contexte similaire ou dans des conditions similaires : l’activité minière elle-même, les travaux publics, l’agriculture, la sylviculture, l’horticulture, les pépiniéristes-paysagistes…

  1. Valorisation des stériles et des résidus en matériaux de construction

Objectif : valoriser les stériles et les résidus de la mine comme granulats dans la fabrication de béton, pour la fabrication de briques et tuiles comme matériau imperméabilisant.

  1. Energies vertes

Objectif : reconvertir un site minier en site de production d’énergies renouvelables, bois-énergie, bio-carburant, champ photovoltaïque,…pour l’alimentation d’un village isolé ou l’autoconsommation des exploitants miniers dans le secteur concerné.

 

Adressez-nous un mail pour recevoir l’intégralité de l’Etude : orkide [dot] guyane [at] gmail [dot] com

Un extrait de cette étude a également été repris dans une revue spécialisée scientifique /n°17 Collection Edytem « Exploitations minières passées et présentes ».